samedi 16 septembre 2017

France/Belgique


J'ai beaucoup de lecteurs belges.  Ce sont même, sans doute, les plus nombreux en proportion de la population du pays. Je pense que nous avons des points de convergence: l'imaginaire, la socialité du Nord. 

C'est un même courant alternatif: déprimer d'abord et faire la fête ensuite pour oublier toute l'angoisse du monde ! Et puis la bière, c'est mieux que le vin !


C'est vrai que je ne me sens pas vraiment Française et c'est vrai aussi que la Belgique et la France, c'est très différent. Mais je ne me sens, évidemment, pas non plus Belge. Mais j'ai une forte sympathie pour la Belgique et j'ai en horreur les blagues belges des Français. Pour moi, c'est d'une arrogance, voire d'un racisme, insupportables.


Sur la différence France/Belgique, je suis tombée par hasard, dimanche dernier, sur un entretien d'Amélie Nothomb avec Audrey Crespo sur LCI. Je ne raffole pas d'Amélie Nothomb mais elle est souvent juste, percutante. Je retranscris donc, de mémoire, ce qu'elle a dit.


"J'aime énormément la France, c'est un pays tellement différent. On devrait installer un océan entre la France et la Belgique, ce serait plus conforme à la différence géographique de ces deux pays.


Beaucoup de Français croient que la Belgique, c'est un peu une province de la France. C'est totalement faux.

Les états d'esprit sont radicalement différents.


La France, c'est évidemment le pays de la séduction. Tout Français, toute Française est en situation, permanente, de séduction.



Les Belges ne pensent pas du tout à la séduction et, d'ailleurs, ils séduisent fort peu !


Passer d'un pays à l'autre, ça donne l'impression de passer d'un théâtre séduisant mais stressant à un monde infiniment paisible et reposant".


Voilà ! Ce sont les propos d'Amélie Nothomb mais ça m'apparaît pertinent. Juste un bémol: la culture de la séduction est, aussi, en forte régression en France. En d'autres termes, les Français se belgicisent.


Mais c'est évidemment bien plus compliqué. Ça donne surtout le sentiment dévalorisant que les Belges sont totalement prosaïques. Ce n'est pas du tout ce que je perçois. Il y a chez eux, me semble-t-il (toute leur création artistique en témoigne), une culture de l'angoisse et de la mort inexistante, à contrario, en France. Ce n'est pas un hasard si la Belgique a vu naître Kubin et Ensor et a été le pays où le Symbolisme et l'Art Nouveau ont été portés à leurs sommets.


Bien sûr que la séduction, ce n'est pas un problème belge!

Mais, en Belgique, on entretient, en revanche, une plus grande proximité avec l'horreur, le tragique de la vie.

C'est peut-être pour ça qu'en Belgique, on est plus conviviaux et on aime davantage faire la fête qu'en France.


En espérant ne pas avoir heurté mes lecteurs et amis belges. Je raconte sans doute des bêtises mais il ne faut pas m'en vouloir !

Tableaux de Léon SPILLIAERT (1881-1946) aussi célèbre en Belgique qu'injustement méconnu en France.

dimanche 10 septembre 2017

L'asservissement du bon goût


On dit qu'une femme ne s'habille jamais de manière neutre, indifférente. C'est plutôt ou bien contre, ou bien comme sa mère.


Moi, ce serait, je crois, "comme" ma mère mais il est vrai que, dans la culture slave, les codes de la féminité demeurent tellement forts que s'habiller comme un sac, c'est la dissidence absolue.


C'est sûr que la façon dont on s'habille, ça conduit à se poser plein de questions. Moi-même, je m'interroge chaque jour: est-ce que je m'habille comme une Française ou comme une Russe ? C'est aussi la question du bon goût !


Je sais que les Françaises sont mal à l'aise quand elles viennent en Russie ou en Ukraine: elles se sentent, tout de suite, dépréciées, ravalées au rang de "petites souris grises".


Mais c'est évident aussi que les Françaises ont un incroyable goût, élégance, pour s'habiller. Quoi qu'on en dise, il y a une incontestable esthétique française: épure, sobriété.

Mais on déteste aussi les féminités trop affirmées. Les FEMENs, par exemple, on les a en horreur. En France, comme dans toute l'Europe, on aime de moins en moins le sexe.


J'ai du mal par rapport à tout ça! Qu'est-ce que le bon goût en matière de séduction ? On voudrait aujourd'hui que toutes les femmes soient habillées comme des bonnes sœurs. On déclare vouloir combattre l'Islamisme mais on devient de plus en plus puritains. Ça me révolte !

En semaine, quand je bosse, je m'habille évidemment comme une Française: tailleur gris et talons plats.


Mais le week-end, je m'habille plutôt comme une Russe: talons hauts, très hauts, maquillage soutenu, couleurs vives, rouge très rouge, robe éclatante.

C'est comme ça que je me sens bien même si je sais que ça n'est pas de très bon goût.


C'est aussi une espèce de militantisme: afficher une féminité triomphante à l'heure où l'on proclame l'effacement de la différence des sexes, l'aplatissement du désir.



Images de l'extraordinaire jeune photographe Alyz TALE qui m'inspire beaucoup.

samedi 2 septembre 2017

"C'est à Hambourg !"


"C'est à Hambourg", on m'a dit que c'était une chanson d'Edith Piaf très évocatrice en France. Moi, ça ne me dit évidemment rien mais ça m'a donné, du moins, un titre de post.


Enfin ...!  Je ne suis évidemment pas allée à Hambourg pour Edith Piaf mais je voulais absolument voir la nouvelle "Philarmonie".


La "Philarmonie" de Hambourg, c'est la grande oeuvre architecturale de ce nouveau siècle !


Et c'est vrai que c'est ahurissant, époustouflant ! J'ai été émerveillée !

Des architectes suisses ont édifié cet extraordinaire bâtiment sur d'anciens docks hambourgeois.


La "Philarmonie" de Hambourg, elle mérite, à elle seule, les 800 kms de voyage depuis Paris.


Sinon, j'ai bien mangé (selon les normes d'Europe Centrale, c'est à dire, pour moi, plein de harengs et de limandes).


Et puis, j'ai bien bu, je me suis bien soûlée.

J'ai fait, aussi, beaucoup de bateau, ce qui n'est pas dans mes habitudes. L'eau, les fleuves, l'Elbe, la Mer du Nord !



La bière en Allemagne du Nord n'est pas si mauvaise. Ça n'est pas le pipi de chat du Sud, de la Bavière..

Je ne connais pas les villes portuaires en France: Marseille, Bordeaux, Le Havre ! Mais Hambourg, je pense que c'est différent, très différent ! Le cosmopolitisme, les inégalités sociales, le niveau de vie.


Je voudrais enfin parler de la convivialité allemande. C'est, pour moi, d'abord bizarre et presque frustrant parce que presque personne ne me drague, ne me siffle en Allemagne.

Je peux, évidemment, me poser plein de questions : est-ce que j'ai l'air d'un boudin, d'une pute ? 


Et puis non ! C'est sûr que les mecs en Allemagne sont asexués mais, du moins, on me fout la paix !


Je peux faire ce que je veux: rêvasser, dans mon coin, indéfiniment....


Ou bien chanter, danser, avec tous les autres même si c'est nul et, éventuellement, populo !.


 






Photos maladroites, d'amateur, de Carmilla Le Golem

samedi 12 août 2017

L'insupportable "coolitude"


En ce moment, mes copains, copines, m'adressent plein de leurs photos de vacances ou me renvoient sur leur site Instagram.


Affreux ! On est submergés d'images surtout depuis le triomphe de ces satanés smartphones, I-Phones. C'est nul mais il est devenu interdit d'en discuter: un I-phone vaudrait largement un Nikon ou un Fujica !  Mais ça n'est même pas un problème technique!  Je commence à prendre ça en haine. J'ai souvent envie de dire à mes copains, copines, que je m'en fous de leurs photos !

Qu'est ce qu'ils veulent me dire en effet ? On sait bien qu'il n'y a plus ni prétention photographique, ni recherche artistique dans leur déluge coloré.


Je ne vois que des plages méditerranéennes, des ciels bleus, des couchers de soleil, des villas provençales, des fleurs, des couchers de soleils, des "parties", la famille, de beaux restaurants. Tout ce qui me fait gerber ! C'est l'époque de la niaiserie absolue !


Il s'agit simplement, en fait, de se mettre en scène, de faire exhibition de soi (les selfies, quelle horreur !).

Surtout d'exprimer sa béatitude. Dire qu'on est heureux, complètement "cool".
On serait contents, heureux de vivre !


La "coolitude", c'est le mot d'ordre contemporain. On est sympa, moderne, décontracté, avenant !


Brr !  On se prétend souvent révolutionnaires mais on aime bien se conformer aux injonctions sociales: "Sois heureux"!

Les gens cools, je les ai, en fait, en horreur. Leur vie sympa, je la trouve absolument mensongère, débilitante.


La vie "cool", c'est complètement contraire à ma vision du monde !


Mais discuter de ça, ça  n'a pas grande importance !


Demain, je pars en vacances à Hambourg pour une semaine !


Hambourg, c'est une ville absolument vampirique comme toutes les villes de la Hanse. Ça  fait partie des villes qui me font rêver et que je fréquente régulièrement : Bremen, Wismar, Lübeck, Gdansk, Riga. Une architecture mélancolique, un climat sombre, des plages désertes et infinies. Mais il y a aussi les villes belges, hollandaises. Et puis, je peux  m'y empiffrer de harengs et boire de la bonne bière dans une vraie brasserie. Et puis aussi me balader, au petit matin, sur une plage de l'île de Sylt ou de Langehoog.


Images des films "Nosferatu" de MURNAU  et principalement Werner HERZOG qui m'ont beaucoup émue et influencée.

Elles préfigurent mon voyage à Hambourg qui, je l'espère, ne sera pas cool et fun.

En ce moment , j'écoute beaucoup KRAFTWERK et évidemment "Trans Europe Express".

La semaine prochaine, je ne posterai probablement pas: je suis en vacances !